Pina de Wim Wenders  (Les Fiches Cinéma d'Universalis)

 

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341008624

© Encyclopædia Universalis France, 2016. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Ponsulak/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,
merci de nous contacter directement sur notre site internet :
http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

 

Les grands films méritent le même traitement que les grands livres. Sur le modèle des fiches de lecture, les fiches cinéma d'Encyclopædia Universalis associent une analyse du film et un article de fond sur son auteur :
- Pour connaître et comprendre l'œuvre et son contexte, l'apprécier plus finement et pouvoir en parler en connaissance de cause.
- Pour se faire son propre jugement sous la conduite d'un guide à la compétence incontestée.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Pina (2011)


Présenté hors compétition, Pina, le film en 3 dimensions (3D) de Wim Wenders, a créé l’événement lors du festival international du film de Berlin en février 2011, et ce à plusieurs titres. Tout d’abord, il y a eu la curiosité de connaître quel regard portait ce réalisateur allemand sur l’œuvre de la chorégraphe Pina Bausch, disparue le 30 juin 2009. Puis, le film cumulait plusieurs défis pour le septième art. Ce premier long-métrage, destiné au grand public, sur la carrière d’une chorégraphe supposait une utilisation radicalement nouvelle de la 3D au cinéma. Son objectif, filmer la danse, donc une dynamique de corps en mouvement et avec elle l’émotion qu’ils suscitent, multipliait les contraintes et les difficultés techniques soulevées par un appareillage lourd et encombrant. Il a donc fallu que Wim Wenders repousse les limites de la technique 3D. Pour cela, il a d’abord choisi de ne tourner qu’avec une seule focale afin d’éviter les effets de flou qu’imposait jusque-là un gros plan sur un sujet en mouvement. Ensuite, il a filmé d’avant en arrière, et non latéralement, pour capter avec le plus de précision possible la grâce du corps dans son ensemble et préserver la stabilité de l’image.